Covid-19 : à travers le monde, les apatrides sont à risque d’exclusion de la vaccination (HCR)

Covid-19 : à travers le monde, les apatrides sont à risque d’exclusion de la vaccination (HCR)

Un grand nombre d’apatrides dans le monde risquent de ne pas être vaccinés en raison de leur absence de citoyenneté ou de preuve d’identité, a alerté mardi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Dans son dernier rapport sur l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les populations apatrides, le HCR note que la majorité des plans nationaux de vaccination ne fournissent pas de précisions sur leur couverture vaccinale des apatrides.

Lire plus :

Risque de famine dans une quarantaine de pays : « la situation est mauvaise et tragique », alerte le chef du PAM

La famine – déjà présente dans quatre pays (Éthiopie, à Madagascar, au Soudan du Sud et au Yémen) – pourrait devenir une réalité pour des millions d’autres personnes dans le monde, a averti une nouvelle fois mardi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

Selon l’agence onusienne, 41 millions de personnes sont désormais exposées à un risque imminent de famine en l’absence de financement urgent et d’accès humanitaire immédiat.

Lire plus :

L’adhésion de la Guinée-Bissau à la Convention sur l’eau renforce la coopération transfrontalière

La Guinée-Bissau est devenue le 16 juin 2021 le quatrième pays africain à adhérer à la Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux, renforçant ainsi la coopération transfrontalière sur les eaux partagées, s’est félicitée mardi la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU), qui assure le secrétariat de cette convention.

La Guinée-Bissau est située dans la région tropicale humide de l’Afrique de l’Ouest. Le pays est situé au bord de l’océan Atlantique et est bordé au nord par le Sénégal, à l’est et au sud par la Guinée.

Lire plus :

A Genève, Michelle Bachelet dénonce de graves reculs des droits humains dans le monde

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU a dénoncé, lundi 21 juin, de graves reculs en matière de droits humains dans le monde, à l’ouverture de la 47e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

« C’est un honneur de m’adresser à ce Conseil à l’occasion de son 15e anniversaire – malheureusement, cela coïncide avec une période de graves reculs en matière de droits de l’homme », a déclaré la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet. « L’extrême pauvreté, les inégalités et l’injustice augmentent.

Lire plus :

Dix ans après l’indépendance, l’insécurité généralisée au Soudan du Sud entrave la réalisation d’une paix durable

Alors que le Soudan du Sud célébrera le 9 juillet son dixième anniversaire en tant qu’Etat indépendant, le pays continue de connaître une insécurité généralisée malgré les progrès réalisés pour mettre en oeuvre l’accord de paix destiné à mettre fin à la guerre civile.

« Les membres du Conseil se souviendront de la jubilation, il y a dix ans, lorsque nous avons accueilli le Soudan du Sud au sein de la communauté des nations. La communauté internationale a alors promis son soutien au Soudan du Sud. Cet engagement reste aussi important aujourd’hui alors que la plus jeune nation du monde lutte pour la paix, la sécurité et la prospérité pour ses citoyens », a dit le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Nicholas Haysom, devant les membres du Conseil de sécurité.

Lire plus :

Les violations graves contre les enfants dans les conflits restent à un niveau alarmant, prévient l’ONU

Plus de 19.300 garçons et filles affectés par la guerre l’année dernière ont été victimes de violations graves telles que le recrutement ou le viol, et la pandémie de Covid-19 a rendu difficile l’accès des experts, a déclaré l’ONU dans son rapport annuel sur les enfants et les conflits armés publié lundi.

Les violations graves contre les enfants sont restées « à un niveau alarmant » à près de 26.500, tandis que la pandémie a accru leur vulnérabilité aux enlèvements, au recrutement et aux violences sexuelles, ainsi qu’aux attaques contre les écoles et les hôpitaux.

Lire plus :

Journée mondiale des réfugiés : depuis le Burkina Faso, Angelina Jolie appelle à faire plus pour les réfugiés

Nous ne faisons pas la moitié de ce que nous pourrions et devrions faire pour trouver des solutions permettant aux réfugiés de rentrer chez eux – ou pour soutenir les pays d’accueil, comme le Burkina Faso, a déclaré dimanche Angelina Jolie, depuis le pays sahélien.

L’Envoyée spéciale de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés s’est rendue dans cette nation à l’occasion de la Journée mondiale du réfugié, afin d’attirer l’attention sur l’urgence qui connaît la croissance la plus rapide dans le monde aujourd’hui, où les déplacements ont doublé au cours de la dernière année seulement.

Lire plus :

Étoile verte : près de 300 restaurants engagés dans la gastronomie durable

Bible des gastronomes du monde entier, le Guide Michelin a ajouté en 2020 une nouvelle étoile à son registre : l’Etoile Verte. À ce jour 291 restaurants, dont 82 en France, ont gagné cette distinction pour leurs efforts en faveur du développement durable

Pour la Journée de la gastronomie durable, nous nous sommes entretenus avec un de ses lauréats, Florent Pietravalle, chef de service de La Mirande à Avignon.

Lire plus :

Le nombre des déplacés et des réfugiés dans le monde a doublé en 10 ans, selon le HCR

Malgré la pandémie de Covid-19 qui a entravé les mouvements de population dans le monde, le nombre de personnes ayant dû quitter leur foyer pour fuir les guerres, les violences, la persécution et les violations des droits humains a continué d’augmenter en 2020 et atteint un nouveau record.

D’après le dernier rapport du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), rendu public vendredi 18 juin, 82,4 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur ou à l’extérieur de leur pays. Cela représente une augmentation supplémentaire de 4% par rapport au chiffre record de 79,5 millions fin 2019.

Lire plus :

Service et sacrifice – Les Casques bleus béninois mettent leurs compétences au service de la paix au Mali

Depuis 1995, des Casques bleus béninois sont déployés dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Pays d’Afrique de l’Ouest, le Bénin partage ses frontières avec le Burkina Faso, le Niger, le Nigéria et le Togo

La MINUSMA, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, est présente dans le pays depuis 2013 pour soutenir la mise en œuvre de l’Accord de paix, et près de 13.000 soldats de la paix militaires de l’ONU servent actuellement dans le pays.

Lire plus :