Le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale s’engage à mettre fin à l’impunité des crimes commis contre les journalistes

Depuis sa création en 1955, c’est la première fois que le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale a reconnu les menaces spécifiques pesant sur les journalistes en raison de leur mission de dévoilement de la corruption et du crime organisé. Le Congrès a appelé à renouveler la coopération mondiale dans le but de mettre fin à l’impunité des crimes commis à leur encontre.
Selon l’UNESCO, plus de de 1 200 journalistes ont été assassinés entre 2006 et 2020, près de 9 cas sur 10 n’ayant pas été élucidés. Le taux stupéfiant d’impunité pour ces crimes envoie un message effrayant et reproduit un cycle de violence à l’encontre des journalistes, privant ainsi tous les citoyens de leur droit à la liberté d’expression et à l’accès à l’information.

Depuis sa création, le Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale a beaucoup apporté au domaine de la prévention des crimes et de la justice pénale, tout en influençant les politiques nationales et internationales ainsi que les pratiques professionnelles. En s’engageant à améliorer les enquêtes et les poursuites pour les crimes et les attaques à l’encontre des journalistes, la Déclaration finale a efficacement inscrit cette question dans le cadre plus large de la lutte contre le crime organisé, qui servira à définir la politique pénale de la communauté internationale lors des cinq prochaines années.

Lire plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *