Le PNUE appelle à réduire d’urgence les émissions pour limiter le réchauffement climatique

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié son rapport annuel sur les écarts d’émissions, qui montre que les émissions de gaz à effet de serre (GES) prévues pour 2030 doivent être réduites d’au moins 28 à 42 % par rapport aux scénarios politiques actuels, pour respecter les objectifs de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 2°C et 1,5°C, respectivement.

Le rapport, intitulé « Record battu : les températures ont atteint de nouveaux sommets, mais le monde ne parvient pas (encore) à réduire les émissions », révèle que le monde est sur la voie d’une augmentation moyenne de la température mondiale de 2,5 à 2,9 °C au-dessus des niveaux préindustriels, à moins que les pays ne réduisent davantage les émissions de GES au cours de cette décennie.

Le rapport met en évidence les récents records d’émissions et de températures, notamment 86 jours enregistrés entre janvier et octobre 2023 avec des températures supérieures à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels, et une augmentation des émissions mondiales de GES de 1,2 % de 2021 à 2022, atteignant un nouveau niveau record de 57,4 gigatonnes d’équivalent dioxyde de carbone (GtCO2e).

Un défi pour les pays du G20

Le rapport avertit que aucun des pays du Groupe des 20 (G20) ne réduit ses émissions à un rythme conforme à ses objectifs de zéro émission nette. Même dans le scénario le plus optimiste envisagé dans le rapport, la probabilité de limiter le réchauffement à 1,5°C n’est que de 14 %.

Le rapport souligne que toutes les nations doivent accélérer les transformations de l’ensemble de leur économie en matière de développement à faibles émissions de carbone. Il reconnaît que les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) sont confrontés à des défis économiques et institutionnels dans les transitions de développement à faible intensité de carbone, mais souligne les opportunités qu’ils pourraient saisir.

Un moment clé pour renforcer l’ambition climatique

Selon le rapport, le premier bilan mondial (GST) lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 28 de la CCNUCC) fournira un cadre pour construire de nouvelles ambitions et éclairera la prochaine série de CDN que les pays devraient soumettre en 2025 avec des objectifs pour 2035.

Le rapport a été lancé le 20 novembre 2023, dix jours avant le début prévu de la COP 28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis (EAU). Le rapport sur les écarts d’émissions est l’un des trois « rapports sur les écarts » annuels.

Mahussi Capo-chichi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *